anciennes actualités

  • .

(A) Forme nodulaire, délimitée par les pointillés. (B) Forme en placard (C) Forme papulaire ou plaque, délimitée par les pointillés. (D) Forme oedémateuse qui touche tout un bras.

30 juillet 2012

Signes et symptômes

L'ulcère de Buruli démarre souvent par un nodule, c'est-à-dire une grosseur cutanée mobile et indolore. Il peut se présenter sous la forme d'une zone étendue d'induration ou de tuméfaction diffuse des bras ou des jambes. Les souches de M. ulcerans isolées à partir des diverses formes cliniques de la maladie dans une région géographique particulière semblent identiques, ce qui laisse supposer que des facteurs individuels de l'hôte pourraient jouer un rôle important dans la détermination des différentes présentations cliniques. En raison de l'action immunosuppressive locale de la mycolactone, ou peut-être à la suite d'autres mécanismes inconnus, la maladie évolue sans fièvre ni douleur, ce qui explique en partie pourquoi les sujets atteints tardent le plus souvent à se faire soigner. Pourtant, sans traitement, l'ulcère classique massif, à bords creusés, finit par apparaître. Il arrive que l'os soit atteint et d'énormes déformations s'ensuivent alors. Lorsque les lésions guérissent, les cicatrices entraînent des restrictions des mouvements des membres ou d'autres incapacités permanentes chez un quart des patients. D'autres pathologies peuvent ressembler à l'UB : les ulcères phagédéniques, dits ulcères tropicaux, la leishmaniose, notamment en Amérique du Sud, les nodules onchocerquiens et certaines mycoses cutanées.

retour

dernière actualité

PRÉVALENCE Ulcère de Buruli

30 juillet 2012

Prévalence

On a signalé l'ulcère de Buruli dans une...

+ d'actualités
Faire un don à l'association Légitime Espérance voir la vidéo
la maladie notre objectif, nos actions nos témoignages Elodie Gossuin - Marraine de l'association